Poireau

Originaire du Moyen Orient, son ancêtre, le poireau des vignes, faisait partie des offrandes aux divinités égyptiennes. Doigt de Zeus qui nourrit les humains, les Grecs le considéraient comme un légume sacré. Il  avait une place de choix dans les potagers romains et tout autour du pourtour méditerranéen. En France, au Moyen Âge, il prit le nom d"asperge du pauvre, et ses feuilles constituaient la base d"une soupe " le porée". Aujourd'hui, il se cultive principalement deux sortes de poireau : le poireau primeur, plus tendre, au goût doux et léger, ayant autant de vert que de blanc, cuisant rapidement et le poireau d'hiver au fût tout blanc, plus long et plus gros, au goût fort et puissant et à la cuisson moins rapide. Quoiqu'il en soit, poireaux des vignes ou poireaux des champs, ciselés puis cuits dans du beurre à l'étuvée, son goût doux et léger entre l'oignon et l'asperge, accompagne fort bien un filet de bar, un dos de cabillaud ou une coquille Saint- Jacques. Notons pour anecdote que l'origine du surnom de l'équipe de rugby galloise " le XV du poireau " remonterait à une bataille que les Gallois auraient livrée et gagnée contre les Anglais. Les uniformes n'existant pas, afin de distinguer les amis des ennemis, les Gallois décidèrent de fixer à leurs casques des brins de poireaux qui poussaient près du champ de bataille. Victorieux, ceux-ci adoptèrent le poireau comme emblème.

Carnet d'Epicure